Comment connecter un looper pour guitare ?

Comment connecter un looper pour guitare ?

Suite à la vidéo intitulée Comment utiliser un looper à la guitare ?, vous avez été nombreux à me demander des précisions sur la façon de connecter son looper avec sa guitare, son ampli et ses pédales d’effets.

C’est ce que nous allons étudier dans cet article, en passant en revue les différentes possibilités de câblage ainsi que leurs avantages et inconvénients.

Si vous ne savez pas encore ce qu’est un looper et ce que cet outil peut vous apporter, consultez l’article intitulé Comment un looper vous aide à progresser à la guitare.

Le schéma de connexion le plus simple

Pour pouvoir utiliser un looper, il faut au minimum lui connecter 2 éléments : une source sonore et un système de diffusion.

Guitare + looper + ampli

 

La source sonore

Dans notre cas, il s’agit de la guitare dont on souhaite enregistrer le son dans le looper.
Il faudra donc brancher la guitare sur l’entrée jack du looper, généralement appelée IN ou INPUT.

Le système de diffusion

Il s’agit du système d’amplification qui va nous permettre d’entendre les boucles qui ont été enregistrées par le looper.
Il peut s’agir d’un ampli guitare, d’une table de mixage connectée à des enceintes amplifiées voire même d’une chaîne hifi, pour peu que l’on puisse adapter la connectique.
Pour connecter le système d’amplification, on utilise la sortie du looper, généralement appelée OUT ou OUTPUT.

Ajouter des effets

Lorsque l’on veut utiliser des effets avec sa guitare, qu’il s’agisse de pédales d’effets individuelles, d’un pédalier ou d’un rack multi-effet, il va falloir en tenir compte pour connecter notre looper.

Admettons que nous utilisions une pédale de saturation que l’on connecte généralement entre la guitare et l’ampli.

Il va alors falloir décider si nous plaçons cet effet après ou avant le looper, ce qui aura un impact majeur sur la façon dont nous pourrons utiliser ce dernier.

Effet placé après le looper

Guitare + looper + effets + ampli

Ici, la guitare est branchée dans l’entrée du looper. La sortie du looper est connectée sur l’entrée de la pédale d’effet, après quoi on ressort de la pédale d’effet pour aller vers l’ampli.

Imaginons alors que la saturation n’est pas activée et que nous enregistrions donc une rythmique en son clair dans le looper.

Jusque là, tout se passe bien… mais que va-t-il se passer si nous activons la pédale de saturation pour pouvoir jouer un solo ?

Comme le looper est placé avant la pédale de saturation, la rythmique que nous avions enregistrée en son clair va devenir saturée, et le son risque de devenir très brouillon.

Effet placé avant le looper

Guitare + effets + looper + ampli

Maintenant, tentons de placer notre pédale de saturation avant le looper.

Lorsque nous allons enregistrer notre rythmique en son clair, il n’y aura aucune différence avec le cas précédent.

Mais lorsque nous allons activer la pédale de saturation pour pouvoir jouer notre solo, seule la guitare va se retrouver saturée puisqu’elle seule est placée avant la pédale d’effet.

Le looper, quant à lui, qui se trouve plus loin dans la chaîne, ne sera pas impacté par la saturation, et continuera de jouer en boucle la rythmique en son clair.

Répartition des effets

Dans l’exemple précédent, j’ai volontairement pris un exemple flagrant, le cas d’une pédale de saturation, sachant que sauf exception, il est très rare d’avoir envie de saturer le son d’une boucle que l’on a enregistré en son clair dans le looper.

Mais pour d’autres types d’effets (comme un délai, une reverb, un chorus…), on peut au contraire avoir envie que la boucle du looper soit impactée par l’effet.

Il faudra donc, pour chaque type d’effet, déterminer si on veut que l’effet soit enregistré sur le looper, ou au contraire que le son soit enregistré brut et que ce soit la boucle enregistrée qui soit traitée par l’effet placé après.

Effets avant et après le looper

Dans le schéma ci-dessus, on peut par exemple imaginer placer une pédale de distorsion avant le looper (donc entre la guitare et le looper) et une pédale de délai après le looper (donc entre le looper et l’ampli).

Ainsi, la boucle du looper sera systématiquement traitée par le délai à chaque fois que celui-ci sera activé.

A l’inverse, il sera possible d’activer ou désactiver la pédale de distorsion sans que ça ne modifie le son de la boucle préalablement enregistrée dans le looper.

Que se passe-t-il si les effets sont intégrés dans la l’ampli ?

Jusqu’à présent, nous avons uniquement parlé d’effets indépendants, par exemple sous forme de pédales.

Mais parfois, l’ampli comporte lui-même des effets qu’il n’est pas possible de dissocier.

Guitare + looper + ampli avec effets intégrés

C’est notamment le cas de la plupart des amplis pour guitare électrique, qui comportent souvent au moins un son clair et un son saturé.

Dans ce cas, la saturation de l’ampli va se comporter de la même façon qu’une pédale de saturation qui serait placée entre le looper et l’ampli.

Or, nous avons vu précédemment que ce cas posait souvent problème puisque le son enregistré en son clair dans le looper va se retrouver forcément saturé au moment où nous voudrons changer de son sur l’ampli.

La solution de la boucle d’effets

Même si ce n’est pas systématique, beaucoup d’amplis pour guitare comportent une boucle d’effet, c’est-à-dire une possibilité d’insérer des effets entre 2 éléments de l’ampli guitare : le préampli et l’ampli de puissance.

Le préampli, c’est ce qui colore le plus le son, ce qui crée souvent l’essentiel de la distorsion d’un ampli.
En simplifiant de manière un peu abusive, on pourrait considérer que c’est l’équivalent de la pédale de distorsion qui serait intégrée dans l’ampli.

L’ampli de puissance, c’est ce qui permet d’apporter la puissance nécessaire pour faire fonctionner le haut-parleur.
Même si un ampli de puissance apporte une coloration spécifique du son et crée lui-même parfois une partie de la saturation, il est possible, pour simplifier, de considérer qu’il ne fait qu’augmenter le volume sans trop déformer le son.
Ce serait donc l’équivalent de l’ampli sans effets décrit dans les exemples précédents.

La boucle d’effets

Lorsqu’un ampli comporte une boucle d’effet, ça signifie donc qu’il offre la possibilité d’insérer des effets (ou un looper) après le préampli mais avant l’ampli de puissance.

Ainsi, utiliser la boucle d’effets permet de faire comme si le préampli était séparé (au même titre que la pédale de saturation de nos premiers exemples), que l’on connectait ce dernier sur le looper, qui lui même est redirigé vers l’ampli de puissance pour augmenter le volume et faire fonctionner le haut-parleur.

Guitare + ampli avec effets intégrés + looper dans la boucle d'effets

En pratique, ça sigifie que nous aurons 3 connexions à effectuer :

  • La guitare sera connectée sur l’entrée de l’ampli, généralement appelée IN ou INPUT.
  • L’envoi de la boucle d’effet (appelé SEND ou SND) sera connecté sur l’entrée du looper (IN ou INPUT).
  • La sortie du looper (OUT ou OUTPUT) sera connectée sur le retour de la boucle d’effet de l’ampli (généralement appelée RETURN ou RTN).

Ainsi, il sera possible de changer de son sur la partie préampli (en passant du canal clair au canal saturée, ou encore en tournant les potentiomètres de réglage) sans modifier ce qui a déjà été enregistré dans le looper.

Expérimentez

J’ai tenté de décrire les cas les plus courants, mais il existe des milliers de modèles d’amplis, de loopers et d’effets.

Il est donc possible que la situation la plus adaptée à votre cas ne soit pas décrite.
Mais les principes de base seront les mêmes quel que soit le matériel utilisé, donc n’hésitez pas à adapter ces principes à vos besoins.

Parfois, une façon non conventionnelle de câbler son matériel permet d’obtenir des résultats intéressants, à condition d’être prudent dans ses connexions.

ATTENTION, MISE EN GARDE !

En principe, inverser les connexions entre 2 pédales (par exemple inverser le IN et le OUT par mégarde) ne présente généralement pas de risques pour le matériel.

Mais ne connectez jamais un looper sur la sortie haut-parleur d’un ampli (généralement appelée SPEAKER, SPK, 4 ohms, 8 ohms, 16 ohms, etc…).
Bien que ce type de sortie utilise généralement une connectique jack (tout comme les guitares ou les pédales d’effets), une sortie haut-parleur à un niveau très important afin de pouvoir faire fonctionner un haut-parleur.
L’entrée du looper ou d’une pédale d’effet ne supporterait pas un tel niveau !

Cet article n’est proposé qu’à titre information, je ne saurais être tenu pour responsable d’une mauvaise utilisation de votre matériel.

Dans le doute, consultez en détails le mode d’emploi de vos appareils afin de ne pas faire d’erreur dangereuse pour vous ou pour votre matériel.

Ressources

Pour découvrir en quoi un looper peut vous aider à progresser à la guitare, consultez l’article du même nom : Comment un looper vous aide à progresser à la guitare.

Pour apprendre comment utiliser un looper, consultez la vidéo intitulée Comment utiliser un looper à la guitare ? :

Comment utiliser un looper à la guitare ?

 

Modèles de loopers

Dans cet article, je n’ai pas désigné un modèle de looper en particulier puisque les principes évoqués ici sont précisément destinés à s’adapter à tous les modèles, quelles que soit les marques.

Mais pour vous donner une idée de quelques modèles, en voici tout d’abord quelques uns parmi les plus basiques et les plus simples à utiliser :

TC Electronic Ditto

TC Electronic Ditto

Boss RC-1

Boss RC-1


Les modèles suivants comportent des fonctionnalités supplémentaires comme la possibilité de mémoriser des boucles pour les réutiliser plus tard :

Digitech JamMan Stereo

Digitech JamMan Stereo

Line6 JM-4 Looper

Line6 JM-4 Looper


Ces loopers comportent plusieurs pistes (2 ou 3 selon les modèles), permettant ainsi d’enregistrer des parties de guitare distinctes et de stopper ou relancer la lecture des différentes parties séparément :

Boss RC-30

Boss RC-30

Boss RC-300

Boss RC-300

Pigtronix Infinity Looper

Pigtronix Infinity Looper

 

Utiliser un looper avec n’importe quel type de guitare

Pour pouvoir utiliser un looper, il faut que le son de la guitare puisse être capté afin d’être enregistré dans le looper.

C’est pourquoi, comme c’est le cas dans la vidéo, on utilise généralement un looper avec une guitare électroacoustique ou une guitare électrique.

Mais il est aussi possible de l’utiliser avec une simple guitare acoustique, qu’il s’agisse d’une guitare classique ou d’une guitare folk à laquelle, en lui ajoutant un micro.

Il existe des micros pour guitare acoustique qui se fixent sur l’instrument de manière provisoire sans nécessiter d’installation par un luthier ni laisser de traces sur l’instrument.

Pour les guitares folk, le plus simple est d’utiliser un capteur électromagnétique qui se place dans la rosace et capte les vibrations des cordes métalliques (ce type de capteur ne fonctionne donc pas sur une guitare classique (dont les cordes sont en nylon).

Voici un exemple de capteur électromagnétique pour guitare folk :

Seymour Duncan Woody SA-3SC

Seymour Duncan Woody SA-3SC

Pour les guitares classiques, il faudra s’intéresser un autre type de capteur.
Le plus souvent, on utilise des capteurs piézos qui se placent sur la table d’harmonie de la guitare et qui captent les vibrations de cette dernière.

Voici un exemple de capteur piézo qui ne modifie pas la guitare et ne demande pas l’intervention d’un luthier (fonctionne pour guitare classique ou folk) :

Dean Markley Artist Transducer Pickup
Dean Markley Artist Transducer Pickup

Laissez vos commentaires...

Catégories : Matériel

Mots-clés : , , ,