Comment la confiance aide à mieux jouer de la guitare ?

Comment la confiance aide à mieux jouer de la guitare ?

Lorsqu’on débute la guitare ou qu’on aborde une technique ou un morceau que l’on ne maîtrise pas du tout, on a une tendance naturelle à y aller à tâtons.
On hésite, on fait la grimace à chaque fausse note.

Et si la confiance était la réponse ?

« La confiance ? Si je n’arrive pas à jouer les 2 premières notes, comment pourrais-je jouer mon morceau avec confiance ?! »

Faisons une analyse d’image…

Généralement, je tente dans chaque article d’insérer une image en rapport avec le thème de l’article.
Mais l’image d’aujourd’hui semble complètement hors sujet !

Que voyez-vous sur la photo ci-dessus ?

Avant de lire la suite, prenez le temps de bien l’observer, et réfléchissez à ce qu’elle représente pour vous.

Pour ma part, je trouve que cette photo résume le sujet à la perfection.
A tel point que j’ai même hésité à ne rien mettre dans cet article à part le titre et la photo !

Mon interprétation

Nous avons tous des expériences et des références différentes qui font que chacun perçoit les choses différemment des autres.

C’est pourquoi j’ai choisi de décrire ce que je vois sur cette photo :

Un très jeune garçon, qui ne semble pas avoir une assurance hors du commun, mais qui prend suffisamment confiance pour se lancer sur son vélo.

Il n’a pas de roulettes pour équilibrer son vélo, il n’a pas de porte-bagage auquel serait accroché un de ses parents pour l’aider à se lancer.

Mais il ne regarde pas ses pieds.
Si sa mèche blonde ne lui masquait pas les yeux, on aurait même tendance à considérer qu’il regarde plutôt vers l’avant.

Et à regarder l’effet de flou sur la photo, il semblerait qu’il ne fasse pas semblant !

Le vélo

Quelle est la pire chose à faire lorsqu’on apprend le vélo ?

La pire chose est de vouloir y aller tout doucement, en pédalant au ralenti, et en tentant de maintenir l’équilibre dans ces conditions !
Notre instinct qui nous empêche de pédaler franchement parce que nous avons peur de tomber si nous prenons de la vitesse.

Or, y aller au ralenti est finalement le meilleur moyen de se retrouver par terre.
C’est précisément la prise de vitesse qui stabilise le vélo et qui nous empêche de tomber.

Certes, sur les premiers essais, on a tendance à tanguer un peu, à zigzaguer.
Mais au final, une fois lancé, on s’aperçoit que ce n’était pas si difficile.

Le plus dur aura été de prendre suffisamment confiance pour se lancer !

Et pour la guitare ?

C’est exactement la même chose !

Tant que l’on hésite, tant que l’on joue au ralenti, tant que l’on s’arrête à chaque erreur, à chaque fausse note, à chaque doute… on provoque la chute !

Que les choses soient claires : je ne propose pas de brûler les étapes, de vouloir jouer à toute vitesse et d’ignorer les erreurs !

Ce dont je parle, c’est ce qui ralentit la progression de nombreux guitaristes.
C’est la propension à garder le regard fixé sur la partition alors qu’on connaît le morceau par cœur.
C’est le fait de se concentrer sur chaque note, sur le placement de chaque doigt et sur chaque coup de médiator plutôt que d’écouter la musique.

Le résultat sonore est scolaire, hésitant, saccadé.
Même lorsqu’il n’y a aucune fausse note, ça n’est pas agréable à écouter.
On ne reconnaît peut-être même pas le morceau.

La 1ère étape

Il est utile de repérer le positionnement des doigts, de décomposer le rythme à un tempo lent, de mémoriser petit à petit les mélodies et les accords.
Ce travail d’analyse est important, mais ça n’est que la première étape.

Une fois que l’on a compris qu’il faut appuyer sur les pédales pour que le vélo avance, il faut impérativement passer à la deuxième étape !

La 2ème étape…

…c’est de jouer le morceau !

Même si les notes ne sont pas encore assurées, même si on ne maîtrise pas chaque accord, même si on inverse des notes, il faut jouer en essayant de garder le tempo le plus régulier possible.
Ne pas ralentir sur les passages difficiles, ne pas accélérer sur les passages plus faciles.

C’est le fait de pédaler toujours à la même vitesse qui permet au vélo de se stabiliser, même si le guidon tremble un peu et que le cycliste en herbe a l’air bourré !

Une fois la deuxième étape franchie, il ne reste plus qu’à affiner les détails…

Le morceau va réellement commencer à sonner et entre temps, vous aurez pris plaisir à le jouer !

Et vous, prenez-vous suffisamment confiance pour passer à la 2ème étape ?

Laissez vos commentaires...

Catégories : Astuce

Mots-clés : , ,