Comment un looper vous aide à progresser à la guitare

Comment un looper vous aide à progresser à la guitare ?

Vous avez l’habitude de jouer de la guitare seul, sans autres musiciens pour vous accompagner ?

Vous n’avez personne pour corriger vos erreurs lorsque vous jouez de la guitare ?

Il y a dans ce cas de nombreux points pour lesquels le fait d’utiliser un looper avec votre guitare peut vous rendre de grands services.

Mais peut-être n’aviez-vous encore jamais entendu parler des loopers ?

Dans ce cas, avant de détailler ses avantages, tentons de comprendre de quoi il s’agit…

Un looper, qu’est-ce c’est ?

Un looper est un appareil qui permet d’enregistrer une phrase musicale, qu’il s’agisse d’un rythme, d’un riff de guitare, d’une mélodie… et de faire tourner cette phrase en boucle de manière à créer un accompagnement et à pouvoir jouer en même temps.

Le terme « looper » provient du mot « loop » en anglais qui signifie « boucle ».

On emploie parfois aussi les termes suivants :

  • Echantillonneur de boucles
  • Phrase sampler
  • Boucleur

… mais le terme « looper » est le plus souvent utilisé et le plus universellement reconnu, toutes langues confondues.

Le but étant d’enregistrer vos boucles en temps réel tout en jouant de la guitare, la plupart des loopers se présentent sous la forme d’une pédale ou d’un pédalier.
Ainsi vous pouvez lancer ou stopper l’enregistrement au pied, libérant vos 2 mains pour jouer de la guitare.

Le plus souvent, les phrases enregistrées ne durent pas plus de quelques secondes, mais comme elles tournent en boucle, vous pouvez jouer pendant des heures sans jamais vous arrêter.

Un looper, à quoi ça va me servir ?

Les limites ne sont définies que par votre créativité, mais voici les utilisations les plus courantes d’un looper :

  • Créer un accompagnement
    Vous enregistrez une suite d’accords à la guitare à titre d’accompagnement.
    Puis, dès lors que vous stoppez l’enregistrement, la suite d’accords enregistrée est lue en boucle sans que vous ayez besoin de jouer.
    Vous avez donc créé un accompagnement qui joue sans vous, et vous êtes à présent disponible pour jouer une seconde partie de guitare en même temps, faire un solo ou improviser.
    Sans looper, vous auriez du faire appel à un deuxième guitariste ou bien enregistrer votre accompagnement pendant plusieurs minutes afin d’avoir un enregistrement suffisamment long.
  • S’enregistrer pour corriger les erreurs
    Si vous travaillez une partie de guitare qui vous semble ardue, vous pouvez enregistrer cette partie de guitare sur votre looper de manière à pouvoir écouter le résultat immédiatement.
    Il est souvent plus facile d’identifier des erreurs ou des hésitations lorsqu’on a suffisamment de recul, c’est-à-dire lorsqu’on n’est pas en train de jouer.
    Ainsi, avec un looper, vous écoutez aussitôt ce que ça donne, vous corrigez les erreurs puis vous réenregistrez aussitôt de manière à écouter la version corrigée.
    La rapidité et la souplesse d’utilisation d’un looper permettent de ne pas perdre de temps et de corriger les erreurs au fur et à mesure.
  • Travailler le rythme
    Savoir jouer en rythme et à un tempo régulier est essentiel quel que soit le contexte dans lequel on joue de la guitare.
    Si vous faites une erreur au milieu d’un morceau, ce n’est pas forcément dramatique, vous vous rattrapez au tour suivant.
    Mais si vous faites une erreur en enregistrant une boucle, votre erreur va se répéter 3, 5, 10, 30, 50, 100 fois, jusqu’à ce que vous effaciez la boucle.
    Enregistrer sur un looper vous permet donc de travailler votre précision rythmique, de mieux percevoir les cycles rythmiques, d’assouplir les changements d’accords.
    Et comme l’enregistrement est immédiat, le looper vous fait prendre l’habitude d’être immédiatement opérationnel.
  • Créer une orchestration complète
    En plus de la simple fonction d’enregistrement, la plupart des loopers proposent une fonction « overdub » qui sert à superposer plusieurs phrases.
    Ainsi vous pouvez enregistrer un rythme à la guitare, puis lors de sa lecture enregistrer des bruits créés sur votre guitare pour simuler des percussions.
    Puis lors du 3ème passage, vous enregistrez une mélodie.
    Lors du 4ème passage, vous enregistrez la même mélodie mais un peu plus aigüe pour harmoniser la première…
    Le nombre de passages est généralement illimité, ce qui permet de superposer des tas de parties, comme si 10 ou 20 guitaristes jouaient en même temps.
    Par contre, le piège dans ce genre d’utilisations, c’est de vouloir en faire trop et de se retrouver avec des enregistrements surchargés qui ne respirent plus du tout.
    Attention donc de savoir tirer parti de cette utilisation de manière sobre si vous voulez obtenir un résultat musical.

Il y a donc plusieurs utilisations possibles d’un looper qui peuvent énormément vous aider à progresser et à prendre conscience de vos erreurs ou de vos difficultés sur l’instrument.

Mais il y a surtout un élément primordial dont je n’ai pas encore parlé, c’est le coté ludique du looper.
Il est très amusant et divertissant d’être capable de s’enregistrer en temps réel, de s’entendre jouer, et aussitôt de jouer une seconde partie comme si on se dédoublait.

Le principal problème de l’utilisation d’un looper, c’est que vous risquez de tellement vous amuser que vous y passerez des heures sans vous en apercevoir.

Les différents modèles de loopers

Je différencierai 3 types de loopers :

  • Les appareils à commande manuelle.
  • Les logiciels.
  • Les appareils à commande au pied.

L’inconvénient des appareils à commande manuelle et des logiciels loopers, c’est qu’à moins d’utiliser un pédalier de contrôle externe, il va falloir lancer l’enregistrement avec la main, et donc on moment où celui-ci démarrera on ne sera pas prêt à jouer de la guitare.

Je me contenterai donc de citer quelques modèles de loopers sous forme de pédales ou de pédaliers qui, de par leur format, sont parfaitement adaptés à une utilisation guitaristique.

Les loopers les plus simples se présentent sous la forme d’une unique pédale.
C’est donc la même pédale qui sert pour lancer l’enregistrement, le terminer, lancer la lecture ou la stopper, et souvent même pour effacer la phrase.
Ce sont des appareils relativement basiques, mais qui permettent déjà de beaucoup s’amuser et de progresser puisque tous les exemples d’utilisation cités plus haut sont déjà possibles.

Parmi les modèles les plus connus, je citerai le Boss RC-3 ou le Digitech JamMan Solo :

Boss RC-3Digitech JamMan Solo

Il existe ensuite des loopers sous forme de pédaliers.
Les pédaliers comportent plusieurs pédales, ce qui permet, tout en gardant les mains libres, d’accéder à plusieurs fonctions additionnelles qui peuvent être très pratiques.
Il est parfois possible d’annuler un enregistrement, ou de restituer un enregistrement annulé, de changer de piste pour pouvoir dissocier des parties de guitare, de lancer un métronome ou des rythmes intégrés…
Ces modèles étant plus complets, il ont souvent une mémoire plus importante permettant de mémoriser plusieurs phrases de manière à pouvoir les réutiliser d’une fois sur l’autre.
Un transfert vers un ordinateur via un port USB est aussi parfois possible.

Parmi les modèles sous forme de pédaliers, il existe le Boss RC-30 ou encore le Digitech JamMan Stereo :

Boss RC-30Digitech JamMan Stereo

Trouver des exemples d’utilisation d’un looper

Si vous voulez découvrir ce qu’il est possible de faire avec un looper, je vous invite à rechercher des exemples sur des sites de diffusion de vidéos (Youtube, DailyMotion…) en recherchant les termes « looper » ou « live looping ».

Vous y trouverez des exemples tout à fait inintéressants, mais vous tomberez également sur des gens qui ont une utilisation très musicale de cet outil, qui est à la fois efficace et très ludique.

Et vous, utilisez-vous un looper ?

Laissez vos commentaires...

Catégories : Matériel

Mots-clés : , , ,