Faut-il souffrir pour apprendre la guitare ?

Faut-il souffrir pour apprendre la guitare ?

Qui n’a pas vécu cette appréhension, au moment de débuter la guitare, de devoir serrer les dents pour supporter l’assaut des cordes métalliques sur ses pauvres doigts fragiles ?

Les gens que l’on côtoie qui s’y sont essayé rapportent souvent tous la même histoire, la même expérience, qui ne donne pas très envie !
On entend aussi souvent le récit du prof tyrannique dont le slogan était : « plus tu as mal, plus tu progresses ! ».

Pourtant, lorsqu’on admire ces grands musiciens dont la maîtrise et la musicalité nous font vibrer, il est plutôt rare de les voir se tordre de douleur à chaque note.
Pire que ça, la plupart se permettent même de se montrer détendus et de sourire pendant la présumée torture qu’ils infligent à leurs doigts.

Ces artistes ont-il étudié une forme de méditation transcendantale qui leur permettrait de faire totalement abstraction de la douleur ?

Ou bien, hypothèse encore plus inconcevable, se pourrait-il qu’ils ne souffrent pas ?

La corne

Le premier point, dont on entend souvent parler, c’est la formation de « corne » au bout des doigts.
On parle aussi de « cal », de « calus », de « callosité », de « durillon ».
La définition la plus simple et la plus courante est celle-ci : « épaississement, durcissement de l’épiderme du à un frottement répété ».

Donc, en habituant les doigts au frottement et à l’appui sur les cordes, ils vont progressivement se fortifier de manière à se protéger tous seuls contre ce que vous leur faites subir.
Vouloir à tout prix jouer à fond immédiatement, c’est comme si vous tentiez de battre le record du 100 mètres sans entraînement et sans échauffement… je ne donne pas cher de vos muscles !

Vous être donc face à deux choix :

  1. Y aller doucement et progressivement, ce qui permettra de provoquer cette formation de corne petit à petit, en l’espace de quelques semaines, quelques mois au pire.
  2. Vouloir brûler les étapes en forçant vos doigts à aller au-delà de leurs capacités actuelles, ce qui vous vaudra des douleurs très vives, et vous devrez attendre plusieurs jours que les tissus se reconstituent pour pouvoir continuer à progresser.
    A vouloir gagner du temps, vous en aurez perdu 2 fois plus !

L’appui

Le deuxième point qui fait que les guitaristes que vous admirez jouent avec aisance sans la moindre douleur, c’est qu’ils n’appuient que très peu sur les cordes.
Lorsque vous débutez, vos doigts ne répondent pas encore à ce que vous leur demandez, ils ne se placent pas exactement au bon endroit.
Le son qui sort de votre instrument est donc au mieux noyé dans les bruits parasites, au pire inaudible.

Plutôt que de prendre le temps d’affiner le positionnement des doigts, nous avons généralement un réflexe idiot mais naturel qui consiste à appuyer beaucoup plus fort pour compenser ce mauvais positionnement.
Et sur le moment, ça fonctionne… mais hélas au prix d’un effort musculaire démesuré et d’une douleur digitale beaucoup plus marquée.

Les 3 choses à faire pour que votre apprentissage ne soit pas une torture :

  1. Laissez le temps à vos doigts de s’habituer à ce que vous leur faites subir.
  2. N’appuyez pas plus fort que nécessaire (lisez l’article « Jouer de la guitare, un travail de fainéant ! »).
  3. Focalisez vous sur le bon positionnement des doigts (lisez l’article « Toujours plus près des frettes ! »).

Si vous appliquez ces principes simples, vous pourrez vous rassurer sur ce qui suit :

  • Non, vos doigts ne vont pas doubler de volume avec le temps !
  • Non, vous n’aurez pas à vie la marque des cordes gravée sur vos doigts !
  • Non, vos doigts ne vont pas devenir insensibles !
  • Non, vos empreintes digitales ne vont pas disparaître et vous n’allez pas perdre votre identité !

Et vous, avez-vous mal aux doigts quand vous jouez ?

Laissez vos commentaires...

Catégories : Débuter

Mots-clés : , , , ,