Faut-il s’échauffer avant de jouer de la guitare ?

Faut-il s'échauffer avant de jouer de la guitare ?On entend souvent dire que jouer de la guitare est comme un sport de haut niveau et qu’il faut donc s’échauffer avant toute pratique, sans quoi on risquerait des tendinites ou autre pathologies tout aussi handicapantes.

Pourtant, de nombreux guitaristes ne s’échauffent jamais et n’ont pourtant jamais eu de tendinite.

A l’inverse certains guitaristes qui prennent le temps de s’échauffer systématiquement subissent des tendinites à répétition.

Je vais alors, dans cet article, vous faire part de mon point de vue quant à l’échauffement et aux risques de tendinites.

Mise en garde

Avant tout, sachez que ce que je vais décrire dans cet article est simplement mon opinion, basée sur mon expérience personnelle ainsi que celle de mes élèves ainsi que des nombreux guitaristes que j’ai rencontrés au cours de mon parcours musical.

Ce n’est donc en aucun cas à prendre pour une vérité universelle, et mon opinion ne saurait se substituer à un avis médical compétent en cas de douleurs, de blocages ou de tensions anormales.

La guitare, une discipline sportive ?

L’argument que l’on entend le plus couramment en faveur de l’échauffement, c’est qu’au même titre qu’un athlète a besoin d’échauffer ses muscles avant de se lancer dans un sprint, le guitariste aurait besoin d’échauffer ses muscles digitaux avant de parcourir le manche de sa guitare.

Effectivement, vu de loin, il y a une similitude entre un sprinteur et un guitariste : ils utilisent tous les deux certains de leurs muscles pour pratiquer leur discipline.

Mais courir un 100 mètres de manière compétitive, même pour un athlète très entraîné, demande une énergie et des efforts musculaires très importants.

A l’inverse, jouer de la guitare est très loin de demander de tels efforts, et à moins de chercher à battre des records (ce qui à mon sens n’a plus aucun lien avec la musique), il n’y a à mon avis aucun point de comparaison possible avec la pratique d’un sport.

Jouer de la guitare demande moins d’efforts que ce que l’on pense

Parfois, lorsqu’on utilise des positions d’accords compliquées ou fatigantes, ou que l’on tente d’enchaîner les notes d’une gamme ou d’une mélodie à toute vitesse, cela peut créer des tensions musculaires importantes au niveau des doigts, des mains, des poignets ou des bras entiers, jusqu’aux épaules, sans même parler du dos ou des cervicales.

Mais comme j’en avais déjà parlé dans l’article intitulé Jouer de la guitare, un travail de feignant !, nous avons une tendance naturelle à utiliser nos muscles de manière excessive et à créer des tensions inutiles.

Et il ne s’agit pas d’une question de compétences ou d’expérience. Même pour les guitaristes les plus expérimentés, les crispations et les tensions musculaires inutiles surviennent de manière inconsciente.

Certes, plus on est à l’aise, moins on a besoin de faire d’efforts pour pratiquer son instrument, mais ça n’empêche pas malgré tout de continuer à faire beaucoup plus d’efforts que nécessaire.

C’est pourquoi je pense que diminuer ces tensions inutiles ne serait-ce que de 20% est beaucoup plus efficace qu’un échauffement si l’on veut éviter les tendinites ou autres pathologies similaires.

Est-ce que ça signifie qu’il ne faut pas s’échauffer ?

Pour ma part, si je tente de faire le bilan après quasiment 20 ans de pratique intensive de la guitare, je ne me suis pour ainsi dire quasiment jamais échauffé avant de jouer, exception faite de quelques concerts en extérieur en plein hiver.

Malgré ce manque de prudence, je n’ai jamais souffert de tendinites, et toutes les blessures handicapantes qui j’ai subies sont survenues de manière totalement indépendante de ma pratique de la guitare.

A l’inverse, parmi les guitaristes que j’ai croisés qui ont souffert de tendinites, la plupart avaient pourtant pris l’habitude de s’échauffer à chaque fois qu’ils prenaient leur instrument.

Est-ce que ça signifie que l’échauffement n’a aucune influence sur ce genre de risques ?
Ce n’est pas ce que je pense, mais il faut replacer les choses dans leur contexte.

Si vous vous apprêtez à faire de gros efforts musculaires, à utiliser des positions crispées de vos mains, ou encore à utiliser des écarts importants de vos doigts, l’échauffement est une étape très importante et il ne serait pas prudent de s’en passer.

A l’inverse, si vous utilisez des positions souples, naturelles, sans tensions musculaires importantes, l’échauffement a beaucoup moins de sens puisqu’il reste d’être plus intense que la pratique elle-même.

Par exemple, je croise souvent des guitaristes qui enchaînent des positions de gammes à toute vitesse, soit-disant à titre d’échauffement, afin de finalement pouvoir jouer 3 accords simples.
Dans ce cas, c’est presque l’échauffement lui-même qui a représenté un risque, tandis que l’enchaînement des 3 accords était beaucoup plus détendu.

Je ne vois donc pas l’échauffement comme une étape indispensable dissociée de la pratique « réelle » de la guitare, mais plutôt comme un processus progressif basé sur le bon sens, et qui consiste à ne pas vous lancer à froid dans les exercices les plus difficiles pour vous.

Comment s’échauffer ?

Quel type d’échauffement utilisez-vous avant d’écrire une lettre à la main ?

Il y a fort à parier que vous ne vous échauffiez pas. Vous vous contentez d’écrire, ce qui ne vous semble pas être une action « sportive », et au fur et à mesure que vos muscles s’échauffent, vous avez peut-être tendance à écrire de plus en plus vite.

A l’inverse, si vous tentez à froid d’écrire le plus vite possible en appuyant le plus fort possible sur le papier, le simple fait d’écrire une lettre peut présenter un sérieux danger et mener à des crispations ou des douleurs vraiment désagréables.

Il en va de même pour l’échauffement à la guitare…

Plutôt que de vouloir pratiquer des exercices spécifiques d’échauffement, si vous êtes parfaitement à l’aise et détendu lorsque vous enchaînez quelques accords ou quelques notes, c’est ce qui peut être considéré comme votre échauffement avant de jouer des choses plus complexes pour vous.

Le plus efficace ne consiste donc pas à partir à la recherche de l’exercice d’échauffement le plus efficace au monde, mais simplement à faire preuve de bon sens et à être à l’écoute de votre corps et ne lui demandant pas de réaliser des mouvements pour lesquels il n’est pas encore prêt.

Or, si vous êtes à l’écoute de vos sensations, vous aurez des réponses beaucoup plus fiables que ce que pourrait vous enseigner n’importe quel prof de guitare au monde.

Et ceci va bien au-delà de la question de l’échauffement.

Il est indispensable de prendre conscience de nos sensations, notamment digitales, pour détecter toute position inconfortable, toute tension excessive, toute douleur (même si il semble supportable), et éviter à tout prix de répéter des mouvements qui ne sont pas bons pour nous (et ce même s’ils vous ont été conseillés par quelqu’un de confiance).

Conclusion

Comme vous l’aurez compris, je considère personnellement que je ne m’échauffe jamais avant de jouer de la guitare.

Mais le simple fait de me concentrer presque en permanence sur mon ressenti me permet de savoir si je suis prêt pour jouer un passage difficile d’un morceau ou si je dois y aller plus progressivement.

En quelque sorte, mon échauffement se fait donc toujours de manière implicite et progressive, sans que j’aie besoin de le considérer comme tel.

Cela dit, un échauffement réalisé de manière progressive, sans brûler les étapes, n’est pas une mauvaise pratique et ne peut pas faire de mal.

Et c’est même l’occasion de pratiquer certains exercices qui vous permettront de travailler des points techniques qui vous seront utiles au-delà du simple rôle d’échauffement.

Et vous, comment vous échauffez-vous ?

Laissez vos commentaires...

Catégories : Astuce, Technique

Mots-clés : ,